La couperose (ou rosacée) est une affection de la peau qui touche plus principalement les femmes entre 40 et 50 ans. Il s’agit de rougeurs localisées et le plus souvent bénignes,constituées de très fins vaisseaux dilatés, mais qui peuvent à la longue, devenir handicapantes car inesthétiques. Généralement, elles se situent aux alentours des joues, du nez, du menton, du front et du cou. La couperose peut aussi donner un aspect de taches rouges.

Concernant la maladie, la dilatation des vaisseaux évolue en provoquant des rougeurs qui deviennent de plus en plus permanentes et qui s’accompagnent parfois de boutons rouges (l’acné rosacée).

Lorsqu’il s’agit de s’attaquer à la couperose, l’érythrose et la rosacée, la médecine esthétique propose aujourd’hui des solutions pour contrer ce phénomène, notamment le traitement par laser vasculaire et la lampe flash.

Les facteurs déclenchants : la conjonction de plusieurs raisons

Au quotidien, notre peau est constamment soumise à des agressions extérieures. Et concernant le visage, c’est d’autant plus vrai. D’ailleurs, une mauvaise hygiène de vie et des expositions répétées au soleil laissent très vite des marques sur la peau du visage.

Les capillaires sanguins, pas plus épais qu’un cheveu et situés juste sous l’épiderme, apportent de l’oxygène et des nutriments en permanence, qui vont pourvoir à la bonne santé de notre peau. Ils sont extrêmement sensibles aux agressions extérieures auxquelles ils réagissent par une dilatation. Des capillaires malades ou dilatés sont responsables de rougeurs, et souvent synonymes de peau fragilisée et en manque de vitalité.

Même si à l’heure actuelle, les facteurs déclenchant de la couperose sont encore mal connus, il s’agirait a priori de la conjugaison de plusieurs facteurs : biologiques, environnementaux et génétiques. Au niveau du visage, il s’agit d’une dilatation anormale de ces fins vaisseaux sanguins sous la surface de la peau. En drainant ainsi un flux sanguin plus important, cette vasodilatation provoque les rougeurs, et également, la chaleur parfois ressentie. Un oedème local et une inflammation secondaires peuvent apparaitre, favorisant le développement de micro-organismes. C’est ainsi que peuvent apparaitre des petits boutons d’acné rosacée.

 

Les facteurs aggravants les lésions

Concernant les facteurs aggravant la rosacée (en particulier) et les bouffées vasomotrices (poussées de rougeur), on trouve :

  • l’exposition au soleil,
  • l’exposition au vent et au froid,
  • la consommation de boissons chaudes,
  • les plats épicés,
  • le stress, la colère et les émotions fortes,
  • la prise d’alcool
  • la prise de certains médicaments comme les corticoïdes…

Par ailleurs, certains aliments ont tendance à aggraver les rougeurs comme par exemple : les produits laitiers, certains fruits comme les agrumes ou les raisins, la sauce soja et le vinaigre ainsi que les haricots, les fèves et les petit-pois.

Traitement de la couperose et des vaisseaux rouges au laser

Les vaisseaux dilatés forment des rougeurs ou des taches rouges. Le traitement laser de ces vaisseaux vise à réduire leur diamètre par échauffement et donc par thermo-coagulation du vaisseau. Ses parois vont s’accoler et le sang ne circulera plus dedans. Ainsi il ne sera plus visible.

Les lasers vasculaires

Les rayons lasers employés (ici le Nd Yag ) ont une longueur d’onde qui leur permet d’être absorbés préférentiellement par les zones de couleur rouge. Ainsi, dans la peau, les vaisseaux disgracieux et les taches rouges vont capter cette lumière et s’échauffer, beaucoup plus que les zones adjacentes. Ces lasers permettent donc de traiter spécifiquement ces zones sans que le reste de l’épiderme ne soit lésé. C’est leur intérêt majeur. On les appelle aussi des lasers vasculaires.

Les lasers à colorants sont également employés pour traiter la couperose, plutôt en milieu hospitalier, mais quelques cabinets médicaux en sont équipés. Ils nécessitent moins de séances mais ont des suites plus longues et un peu plus gênantes, à type de traces violacées pendant quelques jours (purpura).

Comment se déroule une séance de laser ?

Généralement, la séance dure entre 10 et 30 minutes en fonction de la zone à traiter. C’est un traitement qu’il faudra renouveler une ou deux fois en l’espace de quatre semaines. Au préalable, la peau doit impérativement être démaquillée et nettoyée avec parfois, la pose d’une crème hydratante.

Pour commencer, le médecin pose des lunettes protectrices des rayons laser. Ensuite, il balaye les zones concernées avec des impulsions lumineuses qui vont chauffer les vaisseaux dilatés pour les faire coaguler. Pour calmer la sensation de chaleur et apaiser la peau, le praticien pourra appliquer une crème réparatrice après la séance.

Les suites après une séance

Dans les jours qui suivent, il faudra régulièrement pulvériser la peau avec de l’eau thermale, ainsi qu’appliquer régulièrement une crème apaisante et hypoallergénique.

Dans les effets secondaires, juste après la séance, il n’est pas rare d’avoir le visage légèrement gonflé et rouge. Ce gonflement est assez fréquent dans les 48 heures qui suivent, dû à un œdème local qui peut apparaître avant de se résorber rapidement les jours suivants.

Avec un maquillage approprié, il est assez facile de dissimuler les petites marques. En revanche, il ne faut absolument pas s’exposer au soleil durant le mois suivant afin d’éviter une pigmentation de la peau.

Les brulures de la peau sont toujours possibles si la puissance du laser est trop poussée. En revanche, une puissance trop faible donnera peu ou pas de résultat. Tout est affaire de réglage des appareils laser.

Les contre-indications du laser anti-rougeurs

Concernant les contre-indications pour un traitement par laser de la couperose, on notera :

  • les lésions dermatologiques,
  • la peau trop bronzée,
  • les phototypes V et VI,
  • les cas de grossesse et d’allaitement,
  • la rosacée inflammatoire en poussée,
  • et des antécédents de cicatrices chéloïdes.

Enlever la couperose ou la réduire ?

Les résultats sont bons sur les vaisseaux rouges du visage, moins réguliers sur les jambes où les vaisseaux sont plus profonds. De nouveaux lasers traitent aujourd’hui plus spécialement les veines bleues.

Il faut néanmoins comprendre que le résultat (partiel ou total) ne sera pas définitif et demandera à être entretenu (en moyenne une ou deux séances tous les 1 à 2 ans).

Pour éviter les brûlures, il est nécessaire de procéder délicatement et d’augmenter les puissances progressivement sur une zone donnée. La puissance du laser doit être adaptée à chaque type de peau et à chaque cas. Seul un médecin expérimenté et formé à ces techniques sera à même de vous traiter avec une sécurité et des résultats optimisés.

L’érythrose ou érythro-couperose : une rougeur diffuse

L’érythro-couperose autrement appelée érythrose (qui signifie coloration rouge) est une des formes de la couperose. Elle se caractérise par l’apparition de rougeurs diffuses sur le visage et surtout sur les joues, la zone médiane du front, le menton et le nez. Elle peut également apparaître niveau du cou et du décolleté. Pour un stade léger, les rougeurs ont tendance à apparaître de manière épisodique et lors de bouffées vasomotrices. Toutefois, cette maladie évolue et peut devenir permanente en formant des plaques, principalement au niveau des joues.

Tout comme la couperose, il s’agit de la conjugaison de plusieurs facteurs avec un facteur héréditaire mais également, les écarts de température, les intempéries et la chaleur du soleil qui sont toujours des facteurs favorisants.

Particulièrement inesthétique, c’est à ce moment-là qu’un traitement par laser peut être envisagé. Dans ce cas précis, les lampes flash (ou appareils à lumière pulsée) sont en général plus adaptés pour traiter ces rougeurs (ou roseurs) diffuses.

Concernant la durée de la séance, elle avoisine également les 10 à 30 minutes et sera à répéter plusieurs fois de manière à pouvoir uniformiser le teint. Dans les 24 à 48 heures qui suivent, vous pourrez également constater un léger gonflement avec quelques douleurs qui disparaîtront rapidement. Entre les séances, on attend généralement 1 ou 2 mois pour que la peau puisse correctement cicatriser.

Bien entendu, la première protection contre l’érythrose est d’éviter tout phénomène irritant la peau, et favorisant la dilatation des vaisseaux du visage, cités plus haut.

Vous souhaitez avoir des informations complémentaires à propos de ce traitement ?

Vous souhaitez effectuer ce traitement ?

Pin It on Pinterest